Mission Samoyède

Blog consacré à la Mission Samoyède (1940-1945) et à son initiateur, le Baron Paul-M.G. LÉVY (1910-2002)

Ma photo
Nom :
Lieu : 1050 - Bruxelles/Brussel, Rue du Châtelain - Casteleinstraat 46, Belgium

R.U.S.R.A. - K.U.I.A.D. Royale Union des Services de Renseignement et d'Action asbl 410 841 718 = Koninklijke Unie der Inlichtings- en ActieDiensten vzwd 410 841 718

2005/11/16

16/16 - Paul-M.G. Lévy, tel lui-même

Et pour terminer ce bulletin consacré à cet homme exceptionnel que fut le baron Paul-M.G. Lévy, laissons-lui une fois encore la parole, lui qui la maniait si bien … Il s'agit ici des mots de remerciement qu'il prononça à Gembloux le 5 juin 1987 en réponse au discours de M. le Bourgmestre Robert Marchal lui conférant le titre de citoyen d'honneur de la Ville de Gembloux.

Le 26 décembre de l'an dernier, cinq éminents recteurs et anciens recteurs de la Faculté d'Agronomie se voyaient conférer ici-même le titre de citoyen d'honneur et la médaille d'or de la Ville de Gembloux. Je les admirais. Je les applaudissait de grand cœur sans imaginer d'aucune manière qu'un honneur semblable m'échoirait un jour à votre initiative.

Car comment comparer leurs très grands mérites et les immenses services qu'ils ont rendus à ceux du tout jeune Gembloutois que je suis : il y a onze ans seulement que j'ai été accueilli dans cette bonne ville ! Vraiment, je m'en sens très indigne !

Mais vous avez voulu, dites-vous, honorer en moi les anciens combattants de notre ville … Là aussi je suis perplexe : quand je pense aux grands anciens de 14-18, aux courageux combattants de mai 40 … alors que moi-même je ne faisais qu'assurer les liaisons entre notre radio nationale et le gouvernement en guerre … je sais, il y a eu le refus, Breendonk, Londres et la campagne d'Allemagne, les Ardennes … mais, tout de même, je suis confus d'avoir à les représenter.

Chacun, dans cette terrible aventure qu'est la guerre s'est vu assigner un sort dont il n'était que très partiellement responsable. Il y a eu, bien sûr, l'heure du choix, mais ce choix lui-même n'était pas laissé à des individus complètement libres. Tous nous avons subi avant de pouvoir opter. Tous nous avons opté en ayant le sentiment très net que notre conduite dépendait
de plus haut que nous.

Je tiens à dire ici l'admiration profonde que j'ai pour les anciens combattants de Gembloux. Tous les anciens dont l'existence a été marquée par l'horreur de la guerre.

Puisse la Providence nous épargner le retour de semblables épreuves, puisse la sagesse des hommes enfin triompher de leur folie, puissent les efforts de tous –et, en particulier, des anciens combattants- préserver à jamais ceux qui nous suivent de connaître semblables déchirements.

Car, il faut le dire : nos compatriotes ne se battent pas avec joie, ils luttent contraints et forcés. Souvenons-nous de cette bouleversante parole du Roi Albert devant lequel on vantait l'héroïsme de ses compatriotes et qui répondait : "Nous avons été acculés à l'héroïsme !"

Oui, il y a des moments où l'homme n'a plus de choix !

A l'instant où je reçois de vos mains cette distinction, vous me permettrez, Monsieur le bourgmestre, de me souvenir d'un autre illustre exemple dans une occasion très solennelle. Feu, mon excellent et éminent ami, le R. P. Pire, se voyant attribuer le Prix Nobel de la Paix en 1958, disait : "Je l'accepte avec joie, pourquoi ne pas le dire ? C'est la joie de l'amitié, la joie de ne pas se sentir tout seul, la joie de se savoir sur le bon chemin, celui qui mène à la compréhension et à l'amour entre les hommes … "

Je ne prolongerai pas cette citation. Dans la faible mesure de mes moyens, sous le poids d'une nouvelle dignité, je voudrais vous dire que moi aussi j'accepte cette dignité non pas comme un aboutissement, mais comme une incitation à mieux faire, à mieux servir, à travailler avec tous mes camarades anciens combattants et toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté à plus de compréhension, à plus de tolérance, à plus d'amour entre tous ceux qui peuplent notre monde et qui cherchent à lui assurer ce bien suprême : la Paix !
Textes et photos extraits du
Bulletin du Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux - n° 34/2002