Mission Samoyède

Blog consacré à la Mission Samoyède (1940-1945) et à son initiateur, le Baron Paul-M.G. LÉVY (1910-2002)

Ma photo
Nom :
Lieu : 1050 - Bruxelles/Brussel, Rue du Châtelain - Casteleinstraat 46, Belgium

R.U.S.R.A. - K.U.I.A.D. Royale Union des Services de Renseignement et d'Action asbl 410 841 718 = Koninklijke Unie der Inlichtings- en ActieDiensten vzwd 410 841 718

2005/11/07

07/16 - Hommage de M. André Flahaut



M. André FLAHAUT, membre de la Chambre des Représentants, est Ministre de la Défense.

La Belgique vient de perdre un de ses héros de guerre, un de ses combattants les plus fidèles au service de la Démocratie, de la Justice et de la Paix. L'Europe vient aussi de perdre un de ses premiers combattants.

Le Professeur Paul Lévy emporte avec lui une tranche très contrastée de notre histoire, celle des heures sombres de l'occupation, de la barbarie et de la souffrance mais, parallèlement aussi, celle de l'espoir, du combat pour la Liberté et d'une incommensurable détermination à tout mettre en œuvre pour que les erreurs du passé ne puissent jamais plus se reproduire en construisant concrètement cette Europe dont le monde a tellement besoin.

Le Professeur Lévy fait partie de ces gens qui vous marquent par leur simplicité et leur sagesse, ces gens que l'on oublie jamais dès l'instant où nos chemins un jour se sont croisés.

J'ai rencontré le Professeur –en voisin- voici maintenant près de huit ans. Déjà en charge, à l'époque, des Victimes de Guerre et des Anciens Combattants, je fus très sensible à la démarche initiée par cet homme : entretenir la mémoire des générations à venir de manière à ce que les pires extrémismes du passé ne puissent renaître ici et ailleurs.

Pour avoir refusé de prêter sa voix – et quelle voix ! – et son talent de journaliste à la radio d'occupation, M. Lévy a connu la terrible réalité de Breendonk. L'horreur des camps de concentration n'eut cependant jamais raison de son courage et de ses convictions.

Se battant sans relâche, même après la Libération, c'est en qualité d'ambassadeur de paix qu'il poursuivit son œuvre. Que ce soit au niveau du Conseil de l'Europe po en qualité de Président du Mémorial national du Fort de Breendonk, le Professeur Lévy consacra sa vie à militer pour la Pais, la Démocratie et la Citoyenneté.

Lorsque, sous le précédent Gouvernement, j'ai décidé d'organiser les "Rencontres de la Mémoire", le Professeur Lévy y marqua immédiatement un vif intérêt. Au fil de ses rencontres avec des centaines de jeunes gens sur le site même de Breendonk, il parvenait à faire vibrer ces jeunes visiteurs par la franchise et la spontanéité de ses témoignages et aimait dialoguer avec eux sur les thèmes qui lui étaient chers : les Droits de l'Homme, les vertus de la Démocratie, l'Europe et la nécessité de combattre l'oubli et l'indifférence. Il est certain que chacune et chacun des adolescents qui ont eu ainsi l'occasion de le rencontrer, ne fut-ce que quelques heures, resteront à jamais marqués et sont à leur tour devenu des ambassadeurs de paix.

L'Homme s'en va mais son œuvre doit lui survivre ; c'est le plus bel hommage que nous puissions lui rendre.

Chaque fois que nous regarderons flotter le drapeau européen, nous aurons une pensée émue pour Paul Lévy qui en fut un de ses penseurs, un de ses concepteurs. Cependant, à l'heure où l'Europe, ce vaste projet démocratique, prend forme et consistance, nous ne pouvons avec regret que constater le réveil de certains démons extrémistes que l'on espérait à jamais disparus.

Afin d'éviter que l'Histoire ne se répète, nous devons aujourd'hui assurer la relève et multiplier les rencontres avec les jeunes, avec les groupes à risques, dans les écoles, les entreprises, en rue, … partout où c'est possible.

C'est par un dialogue franc et par l'écoute des réalités de chacun, c'est en gardant vivante la mémoire de celles et ceux qui ont combattu l'occupant au péril de leur vie que nous parviendrons à anéantir les discours faciles, propos démagogiques que d'aucun aujourd'hui se plaisent à répandre à nouveau.

Dimanche prochain, je serai à Breendonk et déjà il nous manquera, lui qui s'est battu avec d'autres pour que le Mémorial reste national et soit entretenu et modernisé comme témoin de ce qu'il ne faut pas faire. Pour lui mais aussi pour les autres, les décisions ont déjà été prises et le programme se poursuivra.

Soyons confiants dans l'avenir mais restons vigilants, tout comme le Professeur Lévy le fut toute sa vie durant ; c'est un devoir de citoyen, le devoir de tout citoyen qui croit en la jeunesse, qui croit en la sagesse des hommes, qui croit en demain.
Textes et photos extraits du
Bulletin du Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux - n° 34/2002