Mission Samoyède

Blog consacré à la Mission Samoyède (1940-1945) et à son initiateur, le Baron Paul-M.G. LÉVY (1910-2002)

Ma photo
Nom :
Lieu : 1050 - Bruxelles/Brussel, Rue du Châtelain - Casteleinstraat 46, Belgium

R.U.S.R.A. - K.U.I.A.D. Royale Union des Services de Renseignement et d'Action asbl 410 841 718 = Koninklijke Unie der Inlichtings- en ActieDiensten vzwd 410 841 718

2005/11/15

15/16 - Hommage de M. Gustave Fischer

Monsieur Gustave FISCHER est secrétaire général honoraire de l'Association des journalistes européens.

Cher Monsieur Lévy, Cher Confrère,

Pour vous avoir eu, dans ma prime jeunesse, comme professeur à l'École d'Ergologie annexée à l'Institut des Hautes Études de Belgique, pour avoir suivi constamment votre vie prestigieuse et tempétueuse – je pense en particulier à votre incarcération à Breendonk, pour avoir été le témoin attentif de votre vocation européenne, je tiens, en ma qualité d'ancien secrétaire général de l'Association des journalistes européens, à rendre hommage à votre contribution à l'unification européenne.

Je vous vois encore à l'inauguration d'un des "Villages européens des personnes déplacées" de notre ami, de votre ami le Père Dominique Pire. Vous étiez là, veillant attentivement, en dépit de vos hautes fonctions au Conseil de l'Europe, à ce que tous les participants arborent la rosace étoilée de l'Europe.

De cette Europe, dont vous conçûtes le drapeau et que consacre, à votre initiative, à la cathédrale de Strasbourg un magnifique vitrail.

En sortant, après 17 ans de charge de la Direction de l'Information et de la Presse du Conseil de l'Europe, vous avez, dans un ouvrage critique, fait la leçon –et quelle leçon- à ceux qui doutaient de l'Europe et montré comment –c'est votre titre- la sauver.

Mais, je m'arrête, car j'entends encore vos judicieuses remarques sur telle ou telle information erronée, inexacte ou déformée que votre sagacité, toujours en éveil, avait décelée, qu'il s'agisse de l'Europe ou de tout autre sujet ayant attiré votre attention.

C'était notamment le cas de l'histoire de votre commune, à laquelle vous êtes resté fidèle. Ce fut pour moi, fondateur du cercle d'histoire locale d'Ixelles, un précieux encouragement. A Ixelles, vous êtes né comme un autre grand Belge, le professeur Jean Stengers de l'Académie royale, lui aussi trop tôt disparu.

Votre maison, Cher Monsieur Lévy, était située, rue Malibran, un lieu prédestiné, à proximité de la Place sainte Croix et de l'Institut national de radiodiffusion, où, engagé par un autre bruxellois célèbre, vous avez fait une carrière exceptionnelle de premier reporter à la voix d'or avant de devenir un correspondant de guerre très écouté et après un mémorable reportage des funérailles nationale du regretté Roi Albert Ier. Votre sens de l'actualité, votre maîtrise du métier nous ont valu la captation et la retransmission des pas de bottes des troupes nazies partant à la conquête de pays bientôt asservis.

Vous faisiez sentir ainsi, de façon presque palpable, l'éminence des périls à l'heure même où d'autres se berçaient de fallacieuses illusions.

Durant cette période, vous avez connu et pratiqué le grand homme d'Etat ixellois Émile Vandervelde. Parlant de "la peste brune du national socialisme", il exprimait déjà l'horreur que vous alliez vivre à Breendonk et lors de vos reportages à la Libération dans les camps de la mort.

Ne nous attardons cependant pas à ces images empreintes malgré tout de nostalgie. Tournons plutôt nos regards vers l'infatigable pèlerin de la Paix, de la pensée et de la construction européenne que vous fûtes à Ixelles, à Gembloux et presque partout en Belgique et ailleurs.

La publication, attendue, de vos "Souvenirs" nous permettra de mesurer davantage l'ampleur et l'originalité de votre travail radiophonique et la place considérable que vous n'avez cessé d'occuper, sur le plan national et international, dans toutes les institutions dans lesquelles vous avez siégé. Au premier rang desquelles le Mémorial national du Fort de Breendonk, émouvante évocation des martyrs de la Résistance.

Vous resterez un exemple d'urbanité, d'intelligence féconde, de réalisations originales, de sacrifice partagé et, par dessus tout, de charisme.

Adieu, Cher Monsieur Lévy, nous ne vous oublierons pas !

Textes et photos extraits du

Bulletin du Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux - n° 34/2002