Mission Samoyède

Blog consacré à la Mission Samoyède (1940-1945) et à son initiateur, le Baron Paul-M.G. LÉVY (1910-2002)

Ma photo
Nom :
Lieu : 1050 - Bruxelles/Brussel, Rue du Châtelain - Casteleinstraat 46, Belgium

R.U.S.R.A. - K.U.I.A.D. Royale Union des Services de Renseignement et d'Action asbl 410 841 718 = Koninklijke Unie der Inlichtings- en ActieDiensten vzwd 410 841 718

2005/11/06

06/16 - Paul Lévy ... ou "Radio Breendonk" par Jacques Ochs

Le texte ci-après est tiré du livre "Breendonk. Bagnards et bourreaux" écrit par Jacques Ochs et paru à Bruxelles en 1947 aux Editions du Nord – Albert Parmentier. Ancien combattant et grand blessé de la guerre 14-18, écrivain, dessinateur, Jacques Ochs fut arrêté en novembre 1940 à la suite d'une dénonciation et fut incarcéré à Breendonk, où il connut l'enfer … aux côtés de Paul Lévy.

Dès le lendemain matin de mon arrivée, je le vis au lavoir, le torse nu, un torse maigre et décharné tavelé de furoncles et cicatrices. Il m'interpella de sa voix chaude et assourdie : "Comment, toi aussi, mon pauvre vieux Jacques ? … Courage, on tâchera de se revoir".

Les pieds en sang, ne pouvant plus pousser sa brouette, il vint pour quelques temps me rejoindre à la forge et côte à côte nous cassâmes du bois.

Son sort à Breendonk fut parmi les plus lamentables. Pris en grippe par tous ceux qui détenaient une parcelle d'autorité, il traînait, misérablement mais courageusement, sa grande carcasse, en butte aux coups et aux sarcasmes. Pour une vétille il fut puni huit jours de "Schwerarrest" et ce fut la cellule avec le traitement le plus dur.

Et malgré ses misères, il réussit encore à remonter le moral de ses camarades. Avec des journaux boches ou embochés qu'on parvenait à se procurer, il interprétait (à sa façon) les communiqués du Haut Commandement allemand. C'était "Radio-Breendonk" ! Paul Lévy, l'ancien speaker de l'I.N.R., devenait le prophète du bagne. Sa parole était évangile. Grâce à sa subtile imagination et à ses pieux mensonges, les hommes se reprenaient à espérer.

Vers la fin de l'année 1941, nous nous retrouvâmes à l'infirmerie. Je le revois sur son grabat, sa longue tête dramatisée par de profond trous d'ombre, à côté de lui, bien en évidence, le portrait de sa chère fille Françoise.

Peu de temps après, il connut les joies de la libération.

Textes et photos extraits du

Bulletin du Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux - n° 34/2002